Constitution: Universelle tu seras

Je vais essayer dans une serie d’articles de partager avec vous mes propositions pour la nouvelle constitution du Royaume du Maroc.

Au delà de l’ingénierie de la gouvernance et de la distribution des pouvoirs, qui pour moi est un problème déjà réglé, depuis que le débat était lancé le 9 Mars (tout le monde sait ce qu’il faut faire à ce sujet), je souhaite vous parler de principes fondateurs de la constitution. Ces choses qui touchent au cœur, aux valeurs, aux principes, et aux engagements, ces choses qui restent fondamentales à toute épreuve et qui déterminent le sort de tout le reste. Ces choses dont on se moquent souvent car elle nous paraissent « trop belles ». au jour d’aujourd’hui j’ai 4 points que je souhaite mettre dans cet onglet du debat sur la constitution:

    1. L’universalité du message constitutionnel Marocain
    2. La primauté de la protection de la dignité du citoyen Marocain dans toute circonstance
    3. La révolution éducationnelle (culturelle)
    4. L’organe de contrôle  des partis politiques

      Dans ce premier article nous parlerons donc de l’universalité du message constitutionnel Marocain.

      Nous sommes devant une étape historique, nous avons entre les mains une occasion de mettre ne place une constitution qui ou bien fera de nous un peuple décidément tourné vers le futur ou bien un ratage politique dans la continuité de notre histoire moderne.

      A mon sens, saisir cette chance requiert avant tout de sortir de la bulle de nos propres inquiétudes et penser de manière universelle. Autrement dit, penser à bâtir une nouvelle civilisation au lieu de se limiter à penser à bâtir un simple nouveau pays. Parce que nous  le valons bien. Car l’histoire nous a enseigné que les Hommes qui se penchent sur la réflexion  universelle sont les Hommes à qui leurs pays doivent leur puissance. En clair, penser universel conduit systématiquement au bien être National. Je ne suis donc pas un rêveur en demandant à ce que notre nouvelle constitution contienne des messages à porté universelle, loin de là je suis pragmatique et pour les Marocains et pour l’ensemble de l’humanité.

      Un message universel est par définition est un message qui doit être partagé par la majorité des citoyens du Monde. Il doit donc se soustraire aux différences. Il doit faire office de règle protectrice des intérêts de toute l’humanité.

      Mais que doit donc être ce message universelle que la constitution du Maroc pourra apporter? Nous avons déjà une multitude de constitution qui parle de la liberté du culte, de la liberté d’expression de l’abolition de la peine de mort … etc

      En effet, mais cela n’empêche pas le Maroc de se ranger dans ce sens d’abord en garantissant la liberté du culte (sans pour autant dé-constitutionnaliser son identité musulmane), la liberté d’expression et tout le reste. Mais il y a d’autres choses à ajouter.

      L’Écologie en tant que discipline citoyenne et vecteur d’économie:

      En plus de cela le Maroc peut apporter au Monde quelque chose de nouveau, qu’on ne voit pas encore dans les constitution et dont le besoin est très urgent: La protection de notre planète.  Constitutionnaliser l’écologie! Quelle drôle d’idée ! Voilà un beau principe qui nous apporterai les foudres des colères des géants de la pollution et risque d’atteindre notre économie. Et alors? n’est ce pas une nécessité? Ne nous sentons nous pas menacés par toutes les catastrophes naturelles  qu’on voit ici et là et à des fréquences qui s’élèvent de jour en jour?

      Faisons le parce que c’est bien !!! Parce qu’on pourra avoir un minimum de garantie que nos enfants vivront dans un monde tolérable, qu’ils pourront continuer à voir des fleurs, des animaux et … de l’eau couler prêt de chez eux (je vous rappelle qu’on fait déjà des Km pour voir ça au jour d’aujourd’hui, demain sera pire !).

      Et loin de cette nécessité  dictée par la peur de notre environnement, un nouveau vecteur économique verra le jour de manière concrète et solide et soutenue par tous les acteurs écologique au Maroc si le Maroc constitutionnalise sa détermination écologique. Ce vecteur porteur de richesse et de bien être s’il est soutenue par des lois pertinente conduira à la création de nouveaux secteurs d’économie (pour ceux qui aiment parler « économie sectorielle »).

      Un nouveau savoir faire et de nouveaux produits apparaitront, il pourra être vendu et partagé avec tout le monde, il sera créé un nouveau climat d’affaires qui créera de grandes opportunités d’investissement et d’emploi, sans compter le fait que tout cela se fera dans un cadre environnemental saint qui préserve une certaine qualité de vie aux Marocains.

      La production comme principale source de la richesse:

      Aujourd’hui nous vivons dans monde où la richesse est, le moins qu’on puisse dire, partagée de manière inéquitable. Elle obéit, grosso modo, à la règle des 20-80, 20% de la population mondiale détient 80% des richesse (certain parlent de 5% qui en détiennent 90%). Cela est inacceptable dans un monde où devrait régner l’égalité (égalité des chances). Il tout aussi impossible que les plus riches doivent leur fortunes qui dépassent largement leurs besoins à leur seul travail et leur productivité.  Ce déséquilibre vient du rendement du Capital.

      Je ne suis pas socialiste, je suis un partisan du moins pire, je suis un libéral pure et dure. Toutefois je me dresse contre la force qu’on donne au capital. Ce capital qui génère du capital qui génère lui même un autre capital et l’ensemble gonfle une grosse bulle, cette bulle est pleine de la sueur de 6 milliards d’individus et appartient à une minorité dans ce monde.

      Cette façon ou forme de stockage du travail (c’est finalement ça, l’argent c’est une manière de stocker et matérialiser le travail pour ensuite le distribuer ou en faire un autre usage comme la fructification) est l’exemple type de la bonne idée mal utilisée. Si cette idée de pouvoir stocker du travail est bonne, elle doit toutefois être bien maitrisée pour que le capital ne remplace jamais le travail et la production.

      Nous le savons tous aujourd’hui que le système qui favorise les transactions financières en évitant ostensiblement de leur imposer des régulations claires et strictes nous conduit de crise en crise dans une phase transitoire qui nous mènera droit au mur à un moment ou un autre. Ce système a besoin de conflits, de guerre d’épidémies et d’incidents pour se nourrir en information qu’il arrive à transformer en fluctuations des taux des indices et des valeurs de différents titres financiers, et ne vous inquiétez les experts du domaine savent gagner quand ça monte et aussi quand ça descend. Nous le savons et nous faisons semblant de ne pas le savoir. Nous le savons et nous ne disons rien car nous, classe moyenne et classe moins moyenne sommes trop préoccupés par le bout de pain quotidien, une course quotidienne que nous imposent les actionnaires des grands groupes qui nous emploient, et si jamais nous faisons les malins et arrivons à trouver du temps et de l’énergie pour en discuter et agir, ils savent très bien  nous faire taire en actionnant leur leviers de taux de crédit, prix de l’immobilier et autres techniques de dressage des esclaves modernes.

      Ce phénomène est très palpable chez les pays occidentaux car ils disposent d’une mécanique financière et de produits dérivés très développés par rapport aux nôtres.  Les grands esprits de ce monde s’accordent à dire que c’est un système non viable, non durable et dangereux pour l’ensemble de la planète (ne vous attendez pas à ce que les grands groupes de médias mondiaux les invitent pour vous le dire – ils sont eux aussi dans le coup). Le Maroc, loin d’interdire les produits financiers dans leur ensemble, doit constitutionnaliser le fait que son rendement financier – rendement du capital –  (Ainsi que la richesse due au capital de chaque résident au Maroc) ne doit pas dépasser un certain pourcentage de sa richesse totale. Ainsi le travail et la production, sous toutes leurs formes (industrielle, culturelle, agricole, artisanale…etc) se verront valorisés et le risque d’une glissade à la « subprime » sera évitée.

      Pourquoi l’institutionnaliser alors que cela peut être géré par des lois? Parce que les lois sont faites par des gouvernements et les gouvernements seront, dorénavant, gérés par des partis politiques qui eux sont partenaires de lobbys qui à leur tour ont des intérêts à ne jamais entendre parler de ces lois.

      Voici donc deux principes qui pourraient être fondateurs d’une des constitutions les plus modernes du monde. Deux principes qui ne figurent nul part ailleurs, deux principes qui détiennent les clés d’un développement durable et qui mettront le Maroc au devant de la scène mondiale quand il s’agira de parler des vrais problèmes de l’humanité.

      A vos commentaires ,

      (c) Reda El Ourouba

      7 réflexions sur “ Constitution: Universelle tu seras ”

      1. le message universelle c’est plutôt une distinction pour une population qui a déjà assuré l’essentiel de la constitution, personnellement je ne vois pas que le peuple marocain est entièrement conscient du changement qui l’attend, en commençant au moyen de la majorité des jeunes qui ne posent même pas la question comment ça fonctionne.C’est vrai qu’il y a des personnes qui s’y intéressent qui veulent agir et participer au changement, mais même ces personnes là ne sont pas tous intégrées dans le processus qui tourne pour le moment et qui devra donner un résultat en Juin 2011. Est-ce qu’il y a quelqu’un ici qui connait des voix de participation autres que les parties politiques dont on ne fait plus confiance?!!

      2. J’apprécie ton engagement citoyen et même si je ne laisse pas de commentaires, je lis tes billets!

        Aujourd’hui, je me permets de te dire que la constitution que les marocain(e)s attendent, n’a pas à être « universelle » : le Maroc n’est pas en position de se donner en exemple universel!

        Que cette constitution assure d’abord la séparation des pouvoirs et surtout l’indépendance de la justice : si elle y parvient ce sera déjà un énorme pas en avant!

        1. Merci Hmida,
          Moi aussi j’aime ton blog et je trouve qu’il a une valeur ajoutée confirmée.
          Je suis d’accord avec toi que la constitution Marocaine si elle n’apporte pas le basique (Justice, séparation des pouvoirs, contre pouvoirs, … etc) ne sera pas réussie même si elle est universel. J’essaie de projeter mon regard sur une autre manière d’évoluer en considérant (à tort ou à raison) que ces éléments basique sont en quelque sorte « dans la poche ».

      3. EXCELLENT
        Je reste sans voix, vous avez mis le doigt sur un problème de taille qui défie l’humanité a l’ère de la consommation de masse :
        « le rendement du capital ne doit pas dépasser un certain pourcentage de la richesse totale. »
        ca ne peut pas être plus succin, et c’est LE problème de l’économie telle que nous la connaissons : comment empêcher que la course au profit ne lèse des personnes au détriment d’autres…sans pour autant annuler le sacro saint principe du capitalisme : l’économie libérale.
        un exemple tout simple : une entreprise qui licencie alors que ses profits sont excellents…pour améliorer sa croissance, son rendement financier, son cours d’action… chose demandée par ses bailleurs de fonds (caisses de retraites par exemple…) c’est un paradoxe je trouve surtout pour le cas des caisses de retraites et de pension : elles investissent l’argent de leur affiliés dans leur propres activités par exemple, pour les envoyer au chômage et perdre une partie de ses rentrées car elles recherchent les placements les plus attractifs : ceux qui licencient, ou délocalisent en mauritanie(!)

        ce dilemme ne peut être résolu que par des lois ou au mieux comme vous le proposer l’inscrire dans la constitution. mais canaliser la folie de la course a la croissance du système capitaliste est loin d’être une sinécure. il y aura tjr des financiers tordus qui contourneront les lois et trouveront la parade.
        inscrire cela dans la constitution contribuera a sensibiliser le monde de la finance a ne point s’occuper que des profits et de la recherche de la croissance a tout prix. une idée a creuser : il faut imaginer un mécanisme impliquant ces deux variables : la croissance versus la qualité de vie? le bonheur? l’épanouissement? ce sont des notions réfractaires a toute mathématique!
        encore une fois bravo pour votre article, Dieu vous garde

      4. C’est magnifique et je pèse mes mots!
        Des personnes comme toi sont à encourager, la dignité d’êtres humains du seul fait de leur passeport d’hommes. L’aspiration à l’Universel à l’heure du village mondial, l’inscription dans la constitution de la dimension écologique…le Maroc a beaucoup plus à perdre que d’autres car il est assis sur un coffre fort de trésors environnementaux, la réflexion économique si synthétique comme le souligne Zarbane et la nécessité d’inventer notre propre modèle, font de ce texte une plateforme pour la réflexion du Maroc de demain.
        Nous ne nous arrêterons pas en chemin, Mohamed Réda, le pays nous attends…Marchons!
        Françoise Bastide
        Ancien Maire adjoint de Cannes
        Rédactrice des textes de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement
        Secrétaire Générale et fondatrice du Cercle des amis de Dakhla

      Laisser un commentaire

      Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

      Logo WordPress.com

      Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

      Image Twitter

      Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

      Photo Facebook

      Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

      Photo Google+

      Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

      Connexion à %s