Monde Tiwliwla

Le politique et le clan

Que vaut la crédibilité d’un socialiste qui privatise les sociétés de l’état, d’un libéral qui met en place les niches fiscales, d’un communiste qui accueille sur son territoire des entreprises étrangères ultra-libérales, d’un conservateur qui s’ouvre aux autres cultures, d’un laïque qui garantit les droits des religions, d’un écologiste qui dispose d’usines polluantes, d’un islamiste incapable de combattre la corruption?

Jusqu’à quel niveau le citoyen et l’électorat peuvent-ils avoir confiance en un homme politique qui agit contre sa propre idéologie son propre programme sur la base duquel il a été choisi. Un homme politique qui sera qualifié de traitre par son propre camp. Un Homme politique qui a passé des années à se battre pour une idéologie et qui une fois au pouvoir se retrouve entrain e la contre-prouver. L’homme politique est-il au service de son électorat, auquel cas il est un simple exécutant de l’idéologie qui les a unis, ou est-il maitre de ses décisions ?  En d’autre termes, est ce qu’on vote pour quelqu’un qui va faire ce que nous lui demandons ou est pour l’autre qui décidera de ce qu’il faut faire sans nous consulter ? Est qu’on vote pour un compagnon ou pour un guide ?

Le rôle de l’homme politique et sa place dans le système social est la question fondamentale à laquelle il faut répondre si l’on veut aller un peu plus loin dans ces réflexions. Démocrate ou Visionnaire ? Rassembleur ou fidèle partisan? Courageux ou consensuel ?

Il ne s’agit pas de choisir entre les riches contre les pauvres, ou l’inverse. Il ne s’agit pas de défendre les islamistes contre les laïques ou l’inverse. Il ne s’agit pas de choisir entre le Plan ou le Marché, il ne s’agit pas de choisir entre libertés individuelles et sentiment général, il ne s’agit pas de se décider entre écologie et production. Mais il ne s’agit, surtout pas de choisir une position permanente entre les deux. La permanence est l’erreur.

Choisir entre l’une ou l’autre de ces options, est souvent le choix qui est fait par pression partisane, par penchant idéologique, par manque de courage politique  ou simplement par manque d’innovation. Un clanisme immobile, de principes ou d’intérêts [les deux se valent à mon sens sur cet angle de la discussion], qui bloque toute créativité politique au profit d’une hypothétique solidarité partisane et d’une fidélité superficielle aux « Principes ».

Il s’agit de trouver des solutions pour faire cohabiter ces principes ensemble, de les faire compléter les uns les autres selon les conjonctures. Le rôle de l’homme politique est justement de défendre les intérêts des riches tout en ouvrant des opportunités aux pauvres, de mettre des Plans quand le Marché devient trop sauvage et de libéraliser  ce Marché quand la machine étatique devient un frein au développement, de garantir les libertés individuelles tout en maintenant la cohésion sociale, c’est là le vrai défi de l’homme politique. Ces solutions, par la force des choses, par la mouvance des hommes, leurs intérêts et leurs priorités, sont des solutions qui changent.

Les politiques oublient souvent les objectifs suprêmes qui régissent leur rôle de leader ayant la destinée de leurs peuples. Ils oublient que ces objectifs comptent prioritairement parmi d’autres :

  • La préservation de l’espèce humaine [Politiques publiques dans les domaines de la sante, l’écologie, l’agriculture, la sécurité…]
  • La justice entre les hommes [Systèmes de gouvernance, égalité des chances, libertés individuelles …]
  • La contribution à l’histoire et à la civilisation universelle [Education, Identités populaires, Recherche scientifique,  Tolérance et ouverture, …etc]

Quand le politique oublie ces objectifs et s’enferme dans l’idéologie, il trahit son rôle au profit de son « clan », quand il préfère les décisions électoralistes aux choix fondamentaux il trahit sa mission.

Choisir, fait alors parti de ses des taches les plus difficiles, choisir l’universel ou le local, le clan ou l’humanité, le mouvement ou l’immobilité, la vérité ou le confort. Ce sont ces choix la qui déterminent quand un homme politique marque l’histoire et quand il est un simple un meuble de circonstance.

(c) Reda El Ourouba

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s